Vers l’harmonie d’une palette : introduction

Dans ce premier article d’une série sur l’harmonie colorée, nous explorons les techniques de base pour construire des séries de couleurs coordonnées, ou palettes, possédant des caractères harmonieux1

Introduction : le rôle donné aux palettes de couleurs

Lorsque l’on organise plusieurs couleurs à l’intérieur d’une palette on suppose que leur ordre possède un sens. En cartographie thématique ce sens correspond à la variable statistique qui est représentée au travers de la métaphore colorée. Le principe de base étant que la gradation colorée de la palette correspond à la gradation des valeurs des classes de la variable, le plus fidèlement possible, pour que le lecteur de la carte qui ne perçoit que les couleurs puisse correctement se rendre compte de la valeur de la variable.

Le choix de la palette de couleurs est donc important : il a un rôle dans la mission générale de transmission de l’informations par l’image. Selon Jacques Bertin2 l’utilisation de formes colorées correspond aux variables visuelles de valeur (intensité, luminosité et saturation) et de couleur (teinte), adaptées pour l’expression des relations d’ordre et de différence (ou d’association). Nous y ajoutons l’hypothèse que le choix de la palette de couleurs va aussi avoir un effet sur l’aspect général de l’image et son appréciation esthétique, que l’on considèrera comme un facteur important de son efficacité générale. Une carte agréable retient mieux l’attention et transmet mieux son message (cf. la thèse de L. Jégou).

L’objectif de la palette de couleurs, dans le cadre d’une image informative, est donc double :

  • D’une part, la palette de couleurs doit retransmettre une idée concernant l’organisation quantitative et spatiale de ce qui est représenté, généralement une notion d’ordre, de classement ou de différence/ressemblance.
  • D’autre part, la palette de couleurs aura toujours pour effet d’évoquer des idées, des relations secondaires, complémentaires, des idées, des émotions. Cette interprétation des couleurs par le spectateur, difficile à maitriser mais inévitable, laisse donc une grande marge de manœuvre au créateur.

Comment une série de couleurs peut-elle concrètement évoquer des relations d’ordre et d’autres idées ou émotions plus complexes, si possible corrélées ?

Il existe plusieurs structures évidentes dans les relations entre couleurs, évidentes car basées sur les caractéristiques physiologiques et cognitives de notre perception visuelle, comme la perception de la luminosité et des teintes. Ces structures sont complétées par notre expérience de perception des images, les usages culturels d’utilisation et d’association des couleurs qui vont développer leur capacité à évoquer des idées.

Avant de s’intéresser à différentes approches artistiques de l’utilisation de palettes colorées et au caractère harmonieux de ces dernières, il est intéressant de commencer par décrire plus précisément ces grandes structures, ou principaux modes d’organisation des couleurs.

Retour au sommaire

  1. Nous prenons des précautions pour l’attribution du qualificatif harmonieux, car il s’agit d’un jugement esthétique, donc subjectif et sensible. []
  2. Sémiologie Graphique, cf. bibliographie []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *