Vers l’harmonie d’une palette : couleurs froides / couleurs chaudes

Palettes : couleurs froides / couleurs chaudes

La première des formes d’organisation des couleurs est celle qui oppose et ordonne les couleurs dites « froides » et les couleurs dites « chaudes ». On la retrouve notamment décrite par les peintres et même reprise en tant que base théorique par certains d’entre eux (Paul Klee notamment). Cette opposition des deux groupes de teinte se fonde sur leur évocation d’une sensation de froideur ou de chaleur, il s’agit donc d’une métaphore visuelle.

Les couleurs froides

Les couleurs froides se situent dans les tons bleus et verts, généralement peu lumineux mais dont la saturation, la profondeur, peut être élevée. Ce sont les couleurs de l’eau, généralement froide dans la nature.

Un dégradé monochromatique de bleus :  bleu
(TSL:196,20,100 vers 237,100,30)

Un dégradé monochromatique de verts :   vert
(TSL:142,20,100 vers 148,100,30)

Mais attention, les couleurs froides ont souvent deux aspects distincts, selon leur valeur de teinte. Ainsi, le bleu peut tendre au bleu-vert d’un côté, au bleu-violet de l’autre. Le vert est encore plus ambivalent, avec d’un côté un vert-jaune qui tend à être chaud et de l’autre un vert-bleu naturellement plus froid.

Du bleu-vert au bleu-violet : bleus
(TSL:180,80,100 vers 272,80,100)

Du vert-jaune au vert-bleu :  verts
(TSL:82,80,100 vers 180,80,100)

Les couleurs chaudes

Les couleurs dites « chaudes » sont centrées sur l’usage des jaunes-rouges, en passant par les orangés et en pouvant tirer sur les mauves pas trop bleutés. Ce sont les couleurs du feu et du soleil.

Du jaune au rouge par l’orange : jaune_rouge
(TSL:60,80,100 vers 0,80,100)

Le jaune étant intrinsèquement lumineux, les couleurs chaudes ont tendance à l’être. On associe aussi de préférence l’idée de chaleur avec celle de luminosité. Les couleurs trop sombres, même rouges, seront moins perçus comme chaudes.

Du jaune au rouge par l’orange : jaune_rouge_sombres
(TSL:60,80,40 vers 0,80,40)

Comme pour les couleurs froides, il faut faire attention aux extrémités des teintes, pour ne pas utiliser de jaune-vert ou de mauve-bleuté froids.

Du vert-jaune vers le rouge : vert-rouge
(TSL:82,80,100 vers 0,80,100)

Du jaune vers le mauve-bleu : jaune-maevebleu
(TSL:60,50,100 vers 268,100,50 avec circuit chromatique)

Cette dernière palette est intéressante car elle introduit une variation de teinte sur l’extrémité finale : il s’agit d’une technique potentiellement utile pour marquer une différence encore plus visible entre les couleurs de la palette, même si ici elle est un peu trop importante puisque l’on sort des couleurs chaudes. Nous y reviendrons dans la description des palettes complexes, multi-gradient.

Les palettes en opposition froid / chaud

Le fait que cette différence de « chaleur » de teinte soit nettement perceptible a naturellement encouragé la création de palettes où ces deux tendancent s’affrontent pour traduire graphiquement des oppositions de valeurs quantitatives, par exemple celle existant entre des valeurs négatives et des valeurs positives.

Ce type de palette pose le problème de la valeur médiane : est-elle nulle (comme le zéro entre valeurs négatives et positive), neutre mais pas nulle (la moyenne d’un indice) ? Quelle couleur intermédiaire choisir alors ? Une couleur claire, lumineuse, peu dense, pour marquer l’idée d’intermédiaire entre des situations prégnantes et opposées, exprimées par des couleurs denses de teinte opposée.

Le jaune présente l’avantage de pouvoir faire transition naturellement entre deux dégradés de verts et de rouges. Le blanc ou le gris clair est plus indiqué lorsque l’on utilise des bleus et des rouges.

Du vert au rouge par le jaune clair : vert_rouge

Du bleu au rouge par le gris clair : bleu_rouge

L’opposition froid / chaud peut se généraliser en allant vers des palettes de teintes complémentaires (ou opposées), non nécessairement froides ou chaudes.

Retour au sommaire


2 réflexions au sujet de « Vers l’harmonie d’une palette : couleurs froides / couleurs chaudes »

  1. Bonjour,

    Je débute dans le dessin par loisirs et comme un passe-temps qui me passionne encore plus quand un nouveau projet me lance un défi.

    Avant d’écrire ce commentaire, j’ai lu le chapitre « Harmonie Colorée » par Internet.
    Ainsi les couleurs primaires sont aussi froides et chaudes. Par ces couleurs basiques qu’on découvre à l’école permettent en les mélangeant de sortir de nouvelles couleurs , exemple : bleue + jaune = vert ; jaune + rouge = Orange.
    Ça montre les couleurs froides + couleurs chaudes = couleur froide. Également, couleur lumineuse + couleur flamboyante = couleur du feu.

    Mais alors le blanc et le noir sont neutres peuvent refroidir une couleur chaude ou donner de la profondeur dans le dessin. Car après tout, parmi ces couleurs froides et chaudes, les objets qui nous entourent sont en 3D par les reflets du jour et les ombres donnant du volume. Est-ce chaud ou froid ?
    Mon projet est un croquis devenu dessin représentant l’eau. Une énorme goutte d’eau contenant une magnifique rose rouge velours : couleurs flamboyante chaudes. Cette jolie fleur est aussi dans une bulle d’eau : couleurs froides. Une grosse clef ouvre le robinet où de l’eau coule avec force : froides. Et, forcément ça provoque une inondation d’eau limpide bleu claire vers un bleu plus foncé : couleurs froides. Oui ok le dessin donne froid. Mais à voir c’est étonnant, original… enfin c’est un avis d’une fille .
    Sur palettes les froides ont les places en haut et en bas. L’espace c’est glacial et les abysses au plus profond des océans sont glaciales aussi. Est-ce bien ça ?
    Sur palettes les chaudes sont placées dans les côtés. Elles forment un cercle.
    Sur palettes il va avoir besoin des nuances froides réchauffées et chaudes refroidies.
    Donc comment placer toutes ces couleurs froides et chaudes quand elles se réchauffent et qu’elles refroidissent ?
    Sans oublier le blanc, le gris, le noir.

    Je vous remercie d’avoir lu ce courriel important pour moi et pour me joindre, vous avez mon adresse Internet dans les champs obligatoires.

    Bien cordialement.

    • Bonjour, merci pour votre commentaire et ces questions. Je pense que le problème de la transition froid / chaud est complexe, il est traité différemment en fonction du contexte : celui du style, de la palette de l’artiste, mais aussi des émotions liées au sujet de l’image.

      Par exemple, comme on le voit bien sur l’analyse de l’œuvre de Van Gogh étudiée ici : https://couleurs.hypotheses.org/424 L’artiste utilise une désaturation des couleurs pour effectuer la transition entre les oranges chauds et les bleus froids.

      A l’inverse, Macke utilise une transition par les teintes vertes intermédiaires : https://couleurs.hypotheses.org/328 Il ne veut utiliser que des couleurs bien denses et produire une image vive.

      Dans ce tableau de Louis Anquetin, la transition se fait de gauche à droite, avec un seuil marqué pour réaliser un découpage net de l’œuvre, entre une partie chaude, active à gauche et une partie froide, plus calme, à droite. Ici ce sont les sensations mêmes de chaleur et de froid qui sont évoquées par les couleurs.

      https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Anquetin_Avenue_de_Clichy.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *