Vers l’harmonie d’une palette : harmonies de nuance

Les harmonies de valeur, de saturation

La désaturation

Une palette réalisée en gardant un niveau de valeur / saturation proche entre les couleurs qui la composent peut exprimer une certaine harmonie. La différence entre les étapes du gradient est assurée quasi-uniquement par des variations de teinte. Il est donc difficile de maintenir une différence clairement perceptible sur le dégradé, surtout si ce dernier comporte plus de 4 niveaux et utilise des teintes intrinsèquement peu lumineuses (froides).

Cependant, avec l’amélioration de la qualité des supports, il est désormais possible d’utiliser des couleurs atténuées, moins criardes, mais tout de même lisibles. C’est devenu une des dimensions de l’expression esthétique dans l’illustration scientifique actuelle, avec des exemples comme « 2033 : Atlas des futurs du Monde« , sous la direction de V. Raisson, paru en 2012 chez Robert Laffont.

Capture d’écran 2013-12-15 à 09.01.25

 

Ici encore, l’utilisation du mode TSL nous aide à réaliser la palette de couleurs : il suffit de diminuer la saturation, entre 60% et 80%, tout en maintenant une haute luminosité.

jr_pastel (TSL:52,60,80 vers 0,60,80)

Une variation supplémentaire de luminosité permet de gagner un peu en contraste.

jr_pastelfl (TSL:52,60,90 vers 0,60,60)

La réduction des écarts de teinte

De même, il est aujourd’hui possible de réaliser des palettes de couleur en réduisant la différence de teinte entre les deux extrêmes : inutile de l’étirer au maximum, des écarts plus mesurés restent perceptibles tout en produisant un effet plus discret, plus sobre.

Quelques exemples :

oranges (TSL:60,30,90 vers 30,70,80)

verts (TSL:84,30,90 vers 144,60,60)

bleus (TSL:191,30,90 vers 210,60,60)

Retour au sommaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *