Exemple commenté d’utilisation : La dame à la veste verte

L’outil d’analyse des relations colorées dans une image peut servir à découvrir des gradients colorés harmonieux, potentiellement originaux. Plutôt que de partir des écrits théoriques sur l’assemblage des couleurs, on peut ainsi analyser des œuvres terminées qui mettent en pratique ces assemblages.

En utilisant les ressources de Wikimedia Commons, dans la catégorie des peintres expressionnistes, on peut trouver des exemples picturaux où la couleur est nettement un moyen d’expression esthétique, elle possède un sens à part entière.

C’est en essayant d’analyser diverses œuvres de ce style que l’on a découvert « La Dame à la veste verte », d’August Macke (1887-1914), un peintre expressionniste allemand.

  Lady in a Green Jacket, 1913, Museum Ludwig, Cologne, Germany


La Dame à la veste verte, August Macke, 1913

Cette œuvre présente une utilisation intense de la couleur, dans ses dimensions de teinte et de luminosité, la saturation restant d’un assez fort niveau. Elle semblait donc intéressante à analyser avec l’outil de synthèse, pour essayer de mieux identifier les relations qu’entretiennent ces couleurs puissantes.

1. Première analyse

En utilisant les paramètres par défaut de l’outil de synthèse colorée, on obtient l’image suivante.

synthèse 0

 

Les paramètres par défaut sont les suivants :

params 0

  • Un intervalle d’échantillonnage à 100 : l’outil va utiliser un pixel sur 100 de l’image, espacés régulièrement, en procédant ligne par ligne. Comme cette image possède 2024×2056 pixels, ce sont 41613 pixels qui sont étudiés.
  • Un seuil de différence de couleurs à 20 : l’outil va regrouper les pixels dont la différence de couleur est inférieure à 20, c’est à dire dont les valeurs, normalisées entre 0 et 256, exprimées dans l’espace colorimétrique choisi par défaut le YUV sont inférieures à ce seuil.
  • Un espace de couleurs de travail : le YUV. Cette méthode de définition d’une couleur utilise 3 dimensions, une pour la luminosité et deux autres pour la teinte. C’est un système qui est utilisé pour les images télévisées, notamment, il est intéressant ici pour sa sensibilité aux faibles nuances de teinte.
  • Un mode de représentation 2D qui utilise le cercle chromatique HSL, c’est à dire la teinte correspondant à l’angle et la saturation à la distance au centre.
  • Enfin, la couleur la plus fréquente n’est pas retenue dans la synthèse par défaut,car dans le cadre d’images de type cartographique il s’agit très souvent de la couleur du fond de page, généralement du blanc.

Ces paramètres par défaut, choisis car ils conviennent pour une première analyse des images de type cartographique, ne sont donc pas bien adaptés à notre objectif présent, l’étude des relations colorées dans un tableau expressionniste. Il faut donc progressivement affiner ces paramètres.

2. Réglage des paramètres

L’objectif de ce réglage est d’obtenir une représentation synthétique qui soit interprétable, c’est à dire dont on connait les principes de réalisation et qui présente des formes ayant du sens.

Pour ce faire, nous allons modifier les paramètres, en commençant par ceux de portée générale.

  • La saturation semblant assez forte et peu contrastée dans l’image, nous allons choisir une représentation de type HLS : la distance au centre du cercle sera la luminosité.
  • Pour travailler dans un espace colorimétrique plus conforme avec la perception humaine, nous allons choisir le CIE L*u*v*.
  • Comme il n’y a pas de couleur de fond ou inutile, on réduit à zéro le nombre de couleurs principales à exclure.
  • Pour améliorer la sélectivité de l’outil, on réduit le seuil de différence des couleurs à 10.
  • Pour améliorer la couverture de l’image en pixels analysés, on réduit l’écart d’échantillonnage à 40 pixels.
  • Enfin, pour que la représentation soit plus lisible, on réduit la taille des symboles à 0,1

Le formulaire de réglage ressemble donc à celui-ci :

f2La représentation obtenue est en effet bien plus lisible, comme on le verra dans le paragraphe suivant :

s1

 3. Interprétation

L’interprétation de la représentation obtenue peut se faire progressivement, en partant des traits généraux pour étudier ensuite des organisations plus fines.

La synthèse colorée montre tout d’abord deux grands groupes de couleurs : un important rassemblement dans les rouges et les verts-jaunes (quadrant nord-est), qui présente une palette large en luminosité, et un groupe plus restreint dans les bleus, stables en luminosité mais de teinte assez variée (arc allongé mais de rayon quasi constant), correspondant essentiellement à la mer.

a1s1

Le premier groupe est en fait organisé comme un triangle dont le côté tourné vers l’extérieur est arrondi et dont la pointe serait placée dans des couleurs sombres, près du centre de l’image mais en fait dans des bleus-violacés.

L’image ne présente pas de couleur très claire, il s’agit peut-être d’un problème de réglage du contraste général de l’image apparu lors de la photographie du tableau ?

A l’intérieur du premier groupe rouge-vert, les couleurs s’organisent en alignements, ce qui correspond à des dégradés, des mélanges de couleurs produisant des valeurs et des teintes intermédiaires. Ces alignements sont intéressants car ils peuvent indiquer une volonté délibérée de l’artiste d’organiser les relations colorées de son œuvre selon des relations spécifiques, par exemple pour appliquer une théorie artistique (comme celles des contemporains W. Kandinsky ou Paul Klee, par exemple).

Mais on peut aussi utiliser ces alignements comme des sources potentielles de dégradés colorés : si les couleurs présentent un alignement c’est qu’elles varient progressivement dans une ou deux des composantes colorées, établissant ainsi une relation ininterrompue. Ces exemples de dégradés pourront nous être utiles en cartographie thématique.

a2s1

On retrouve ici des dégradés assez classiques :

On remarque aussi une extension de ce dernier dégradé par une pointe importante dans … les violets sombres ! Ainsi, les ombres profondes de la peinture sont-elles non seulement très sombres mais aussi bleutées (la jupe et le personnage masculin de gauche). Ce dégradé est complexe au niveau de la teinte avec la présence de trois tons différents lors d’une variation forte de luminosité et moindre de de saturation.

Le peintre a ainsi mis en pratique une opposition classique entre ombres froides et lumière chaude, par une transition dans les gris foncés. Ce principe de peinture assez ancien est attaqué par Eugène Delacroix mais mis en avant par exemple par les impressionnistes et néo-impressionnistes (par exemple Paul Signac ou Paul Cézanne).

4. Représentation en 3D

La représentation en 3D permet de prendre en compte les trois dimensions colorées en même temps. Si elle produit des images un peu plus complexes à interpréter, on a moins de chances de sous-estimer l’une des dimensions.

Lorsque l’on clique sur le bouton « Cylindre coloré 2D » on obtient la version 3D de la représentation avec les paramètres en cours. La vue par défaut reproduit une vue de dessus du cylindre, directement compatible avec la vue 2D précédente.

s13d1

 

On peut cliquer sur l’image et la faire glisser à la souris dans la direction voulue, pour examiner la répartition des couleurs trouvées par l’outil dans les trois dimensions. Ici il est intéressant d’observer si la saturation, représentée sur l’axe vertical, en profondeur (axe bleu) vient modifier les analyses précédentes faites sur un cercle HSL, teinte-luminosité. En faisant basculer légèrement le haut de la représentation loin de l’observateur, on obtient l’image suivante :

s13d2

 

On se rend mieux compte des variations de saturation, qui sont loin d’être négligeables (extension en hauteur du graphe), mais qui sont assez régulières, alignées verticalement. Ainsi le gradient rouge clair <-> violet foncé <-> vert clair s’étend aussi largement dans la dimension de la saturation, avec un violet foncé peu saturé, proche des gris.

s13d2b

En observant de plus près le bas de ce gradient, on voit mieux l’alignement rouge <-> violet, la liaison avec les verts semble plus faible et à un niveau de saturation plus élevé. Il est difficile d’aller très loin dans ce type d’analyse tant les représentation sont dépendantes des paramètres choisis. Il faut insister sur la nécessité de faire varier légèrement les paramètres principaux (seuil, échantillonnage, modèle de couleurs) pour trouver des interprétations de formes relativement stables.

Nous verrons dans un prochain article comment essayer de reproduire ces dégradés et les utiliser en cartographie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *