Outil de synthèse colorée : analyse le long d’une ligne

Image

La dernière mise à jour de l’outil de synthèse des relations et des proportions colorées ajoute une fonctionnalité intéressante pour analyser une partie d’une image au lieu de sa totalité : l’analyse le long d’une ligne.

Il suffit pour cela de choisir l’option appropriée dans le panneau de paramètres n°4, puis de cliquer aux deux extrémités de la ligne d’analyse dans l’image.

ligne

Tous les pixels composant la ligne sont pris en compte pour l’analyse, il n’y a pas d’échantillonnage. Cette analyse peut être utile pour par exemple étudier un dégradé dans une partie spécifique du tableau.

delacroix_bacchus

Par exemple, dans « Le triomphe de Bacchus » (1861), d’Eugène Delacroix (1798-1865), le ciel présente des teintes allant de l’orangé au bleu, en passant par la gamme des verts de manière presque ininterrompue, dans une saturation moyenne (analyse selon l’espace CIELuv avec un seuil à 2). Ce dégradé peut devenir un gradient de couleur intéressant à réutiliser dans une carte choroplèthe.

Si ce tableau possède d’une manière générale un caractère particulier dans l’utilisation des couleurs dans sa surface totale, le fait d’analyser uniquement le ciel permet d’isoler pour l’analyse cette partie bien distincte du tableau et d’en relever l’originalité.

Enfin, petit ajout technique à l’outil : une seule page HTML est désormais utilisée pour les versions anglaise et française de l’outil.

Outil de synthèse colorée : remplacement de couleur

Image

L’outil de synthèse colorée, qui permet de visualiser les relations et les proportions de couleurs dans une image, propose une nouvelle fonction en test : le remplacement d’une couleur (sur une idée de S. Christophe).

L’idée est de pouvoir tester visuellement le remplacement d’une couleur par une autre,  par exemple dans un dégradé de couleurs sur une carte. Ci-dessous on a modifié la première classe pour lui donner une couleur plus foncée et plus mauve.

Rés. ppales.Rés. ppales v2

 

Le principe d’utilisation est assez simple : après avoir analysé une image selon la méthode habituelle, on peut

  • se rendre dans l’encadré n°4, cliquer sur le bouton « choix de couleur »,
  • cliquer ensuite dans la représentation synthétique sur le cercle coloré de son choix,
  • retourner dans l’encadré n°4 choisir une couleur en cliquant dans le rectangle,
  • enfin cliquer sur le bouton « remplacer » pour visualiser le résultat.

On peut aussi s’amuser à changer une couleur d’un tableau :

vg2

Ajout du mode CIE L*u*v à l’outil de gradients

Image

L’outil d’exploration de gradients colorés, déjà présenté ici, vient d’être amélioré par l’ajout d’un nouveau mode de calcul des couleurs intermédiaires.

Cet outil procède par interpolation entre deux couleurs définies selon le système des composantes de teinte, saturation et luminosité, assez simple à saisir et utilisé dans un grand nombre de logiciels de conception graphique. La première version utilisait une interpolation directe entre les deux couleurs, c’est à dire que les composantes des couleurs intermédiaires sont une simple proportion de la différence entre les deux couleurs extrêmes.

jrp

Par exemple, dans un gradient du jaune au rouge, la couleur du milieu du gradient est définie par les composantes de la couleur de départ plus la moitié de la différence avec la couleur d’arrivée. Pour la teinte, entre un jaune 60 et un rouge 0, la couleur du milieu du gradient aurait eu un orangé de teinte 30.

pjr_c1pjr c2

L’outil offre en outre la possibilité de choisir la forme de la progression : linéaire ou courbe, pour renforcer les différences entre couleurs successives, plutôt au début ou plutôt à la fin du gradient.

Cependant, cette méthode de calcul des couleurs intermédiaires, basée sur les composantes, ne tient pas compte des particularité de la perception humaine des couleurs, qui n’est pas homogène sur les teintes, la saturation et la luminosité. Par exemple, les couleurs sombres, bleutées et peu saturées sont beaucoup moins perceptibles que ce qu’on pourrait penser. (Cf. les ouvrages de S. Kosslyn ou C. Ware dans la bibliographie, pour une présentation claire de ces différences, ainsi que cette page du site du centre de recherches Ames de la NASA).

L’espace colorimétrique CIE L*u*v, norme mise au point en 1976 par la CIE possède la caractéristique d’être mieux adapté à la perception humaine, les couleurs y sont plus uniformément réparties. Les  relations entre les composantes deux couleurs y sont  linéaires. C’est donc un système dans lequel le calcul de la différence entre deux couleurs sera adapté à notre technique d’exploration des gradients colorés. (Cf. cette page de comparaison de gradients par Mats Mattson ou la très utile série de posts sur le blog Elegant Figures de Rob Simmon).

Le résultat de ce mode de calcul montre des gradients dont la progression diffère sur le plan de la saturation, cette composante est moins fortement mise en œuvre qu’avec le mode précédent :

Calcul HSV :      jr_h
Calcul CIE Luv : jr_cl

 

La progression colorée est donc moins saturée, elle correspond mieux à des différences de perception visuelle égale d’une couleur à l’autre.

Il est possible de combiner ce mode de calcul du gradient avec des progressions courbes des composantes, pour renforcer les différences entre couleurs.

G. Aisch propose avec Chroma.js une bibliothèques de fonctions très intéressante de ce point de vue, que l’on tentera d’utiliser dans les prochaines versions de l’outil pour bénéficier notamment de la correction de la luminosité dans les gradients.