A propos de la palette « arc-en-ciel » favorisée par les climatologues

Une palette toujours considérée comme néfaste

gfs_T2ma_global_20_aa

Modèle climatologique, Levi Cowan, 2015

La palette dite « arc-en-ciel », qui consiste à balayer toutes les teintes avec une même intensité pour représenter un phénomène quantitatif (qui varie souvent dans une seule dimension), est depuis longtemps utilisée par certains scientifiques, particulièrement en climatologie.

Cette palette se moque évidemment de la (forte) capacité de la couleur (teinte) à transmettre l’idée de différence, de distinction, et semble croire que le lecteur sera capable de lire une gradation, une variation progressive de la valeur du phénomène alors que les teintes parcourent progressivement l’arc-en-ciel.

Ces deux suppositions vont bien sûr à l’encontre des enseignements de la sémiologie graphique et de la psychologie cognitive de la perception. Elles sont évidemment très préjudiciables pour les personnes atteintes d’un déficit de perception des teintes (approximativement 8% de la population masculine et 0,5% de la population féminine).

Ces pratiques ont été dénoncées spécifiquement par plusieurs collègues :

L’outil de synthèse colorée présenté dans ces pages permet d’illustrer clairement les problèmes posés par ce mode de représentation.

Illustration avec l’outil de synthèse colorée

L’image utilisée pour cet exemple a récemment fait parler d’elle car il s’agit d’un modèle des anomalies de températures dans le monde pour la journée du 25 février 2015, par rapport aux moyennes calculées sur la période 1981-2010. On y voit clairement la vague de froid qui frappe l’est des États-Unis depuis quelques jours, que certains pourraient tenir comme preuve à l’encontre de l’idée du changement climatique.

On en trouve la version originale sur le site de l’auteur des modélisations, Levi Cowan.

Analysée en mode HLS, cette carte donne le résultat suivant :

Carte climat analyse HLS

Mode HLS

Les paramètres utilisés sont :

  • Échantillonnage : 10 pixels
  • Seuil de détection des couleurs : 6
  • Espace colorimétrique : CIELab (rgb)
  • Coef. d’agrandissement des symboles : 160%
Climato 3D

Analyse en 3D

L’image produite montre nettement des alignements de teinte, qui plus est avec des tailles de symboles graduées (les phénomènes extrêmes de température sont heureusement peu fréquents et peu étendus). Ce qui pose problème, c’est bien sûr que l’on peut compter quatre alignements, deux importants et deux plus faibles, selon des sens de progression parfois opposés, alors qu’il ne s’agit que d’une variable monodimensionnelle (avec certes deux sous-composantes : positive et négative).

On se rend compte, enfin, que la gamme des verts a été oubliée de cette palette, peut-être pour réduire l’effet disparate d’une variation complète dans la gamme des teintes ?

Article dans la revue du Comité Français de Cartographie

Lien

La revue du CFC, dans sa dernière livraison de décembre 2014, publie les actes des rencontres « Enseigner la Sémiologie Graphique » qui se sont déroulées en avril dernier à Montpellier.

La communication présentée par votre serviteur (L. Jégou) est disponible en ligne :

Une approche esthétique pour l’enseignement de la composition des gradients colorés en cartographie thématique.

(avant de l’être directement sur le site du CFC).