Test : Proportions et relations colorées

Après la présentation générale de l’outil, voici un test d’utilisation plus détaillé.

On se basera sur la variante la plus aboutie et la plus simple à utilisée, celle qui est basée sur l’idée de seuils de différences de couleurs :

http://www.geotests.net/couleurs/frequences_en3D.html

colored_abstract_gd

1. Première étape : le choix d’une image

L’outil permet de travailler sur un fichier image stocké sur l’ordinateur local : nul besoin d’envoyer l’image sur le serveur ou d’utiliser une image hébergée en ligne ailleurs.

Il faut donc avoir a disposition un fichier image, au format JPEG ou PNG de préférence (le PNG compresse les images sans réduire leur qualité). Pour la publication sur ce carnet nous ne pouvons utiliser que des images libres de droits et autorisées par leur auteur, mais pour tester l’outil par vous même vous pouvez utiliser n’importe quel fichier image à votre convenance.

Pour cet exemple d’utilisation simple, nous allons utiliser une photographie libre de droits d’une œuvre picturale dont l’image est tombée dans le domaine public. Issue du site « Wikimedia commons », il s’agit du célèbre autoportrait à l’oreille bandée et à la pipe de V. Van Gogh.

Vincent_van_Gogh_-_Self_Portrait_with_Bandaged_Ear_and_Pipe

Cette image numérique mesure 724×798 pixels, la résolution n’est donc pas très grande, mais suffisante pour que les petits détails colorés soient pris en compte. La qualité de la reproduction semble bonne, peut-être un peu sombre.

2. Deuxième étape, le paramétrage progressif de l’outil

Lorsque l’on ouvre cette image dans l’outil de synthèse colorée, elle est analysée avec les paramètres par défaut et l’on obtient l’image suivante :

vvg_pipe_1

 

Par défaut, l’axe radial de l’image correspond à la saturation, avec le blanc au centre. De même, les paramètres par défaut sont fixés sur un échantillonnage de l’image tous les 10 pixels et un seuil de différenciation des groupes de couleurs de 20 unités1.

L’échantillonnage permet de ne pas travailler sur la totalité des pixels d’une image, pour aller plus vite2, mais on prend alors le risque de ne pas tenir compte de certaines couleurs.

La représentation qui est le résultat de l’analyse montre avant tout un gradient rouge-vert, avec un dégradé de saturation jaune-orange-rouge assez net, mais aussi beaucoup de couleurs qui se superposent car elles sont présentes en grandes proportions dans l’image, notamment des couleurs sombres et fortement saturées dans les verts.

On va chercher à modifier les paramètres pour obtenir une représentation plus lisible de cette palette. Tout d’abord, comme l’image n’est pas très grande, on peut réduire l’échantillonnage (valeur : 6), le seuil entre couleurs (valeur : 10), et surtout la taille des cercles (valeur : 0,1) pour obtenir des cercles plus petits.

 

3. Troisième étape, l’analyse (rapide) de la synthèse colorée

 

vvg_pipe_2b_analyse

On obtient bien des cercles plus petits dans cette nouvelle représentation, permettant de mieux mettre en évidence l’axe central de la composition colorée, qui passe par une réduction de la saturation assez forte lorsque l’on change progressivement de teinte. On passe des rouges aux verts par les jaunes pâles, avant d’aller progressivement vers des bleus. Il faut noter que le peintre utilise donc en fait un grand nombre de couleurs différentes, organisées entre elles, reliées par des couleurs intermédiaires.

Mais la grande quantité de couleurs sombres et saturées gène toujours la lecture. Pour en tenir compte et pouvoir utiliser une visualisation complémentaire, on va changer la variable affichée sur l’axe radial de la saturation à la luminosité, par le choix de l’option « HLS » plutôt que « HSL » dans le cadre n°3 des paramètres (« Type of representation »).

vvg_pipe_3b_analyse

Sur cette nouvelle synthèse, les couleurs les plus sombres sont regroupées au milieu du cercle, ce qui permet de mieux voir les couleurs claires et leur répartition par teinte sur le pourtour. On remarque aussi un peu mieux des structures secondaires, comme un camaïeu de verts assez sombre et peu différencié, correspondant au manteau, et un petit groupe de bleus clairs du chapeau.

Pour visualiser en même temps les trois composantes teinte, saturation et luminosité, il faut utiliser une représentation en trois dimensions. Le bouton « Chromatic cylinder » offre cette possibilité. Il est ensuite possible de cliquer dans l’image et de faire basculer la représentation à la souris.

vvg_pipe_4

 

Sur l’image ci-dessus, on lit bien mieux les trois camaïeux principaux de l’image : gris-bleu, vert et rouge-orange. Une constellation de couleurs plus isolées se situe entre les rouges et les verts, peu saturée. En pivotant l’image et en changeant l’ordre des axes, on fait apparaître d’autres structures dans la palette de couleurs.

vvg_pipe_5

 

Par exemple, l’image ci-dessus montre qu’il existe en fait deux camaïeux orange-rouge, qui se distinguent par une saturation légèrement différente.

Conclusion

Au final, l’étude de la palette de couleurs de ce tableau révèle des subtilités dans l’emploi de la couleur, qui pouvait paraître comme assez simple a priori, avec de grandes zones unies (mur rouge et orange, manteau vert). Le visage, traité dans un camaïeu de beiges-orangés, ainsi que les zones sombres du tableau (chapeau, pipe) constituent en fait des zones de transition colorée qui permettent de réduire cette impression de faible nombre de couleurs. La technique de peinture, l’utilisation de touches marquées de couleur qui préfigure les styles ultérieurs, permet aussi de multiplier les légères variations de teintes pour structurer les aplats de couleur.

  1. Les unités de couleur correspondent à la valeur des composantes des pixels selon le modèle colorimétrique. Par défaut il s’agit du modèle YUV dans lequel les composantes prennent des valeurs de 0 à 255 []
  2. En faisant un sondage sur une grille régulière []

2 réflexions au sujet de « Test : Proportions et relations colorées »

    • Bonjour, le modèle YUV est un modèle de définition des couleurs utilisé dans l’industrie télévisuelle. Il décompose les couleurs en trois composantes : Y pour la luminance, U et V pour la chrominance (teinte). Ce modèle est plus intéressant pour travailler sur la perception humaine des couleurs que le découpage classique Rouge, Vert, Bleu. Dans la version du modèle utilisée ici, chaque composante est codée par une valeur de 0 à 255 (8bits). Cette précision est donnée pour comprendre l’unité dans laquelle est exprimée le seuil, paramètre central de l’outil, qui va donc lui aussi de 0 à 255.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *