Essai du ColorReader : capturer des couleurs sur le terrain

Source : Jim Lennon Photographer
175-H2 Commerce Drive Hauppauge NY
631-617-5872

La société américaine DataColor, spécialisée dans les outils numériques pour la mesure et le calibrage des couleurs, propose depuis peu un outil original de mesure autonome des couleurs, le ColorReader, sorte de petite sonde portable. Elle existe en deux versions, avec ou sans écran d’affichage, la première nécessitant la connexion avec un smartphone (via bluetooth) pour afficher les couleurs mesurées.

Le produit est destiné surtout aux concepteurs et architectes d’intérieur qui veulent retrouver facilement la couleur d’un objet, d’un mur, d’une boiserie, dans les catalogues et nuanciers professionnels (RAL, NCS, etc.). L’application pour smartphones permet, au-delà du simple affichage des couleurs, de créer, de sauvegarder et de diffuser des palettes.

L’intérêt pour le concepteur graphique est assez évident, même si indirect : pouvoir saisir des couleurs et des gammes colorées directement “sur le terrain”, sans avoir à scanner ou à photographier des objets (livres, reproductions ou œuvres d’art), sans avoir à se préoccuper des réglages de l’éclairage et du calibrage des appareils de prise de vue. Certes, la mesure est un peu approximative à cause de la taille de l’ouverture de mesure de l’appareil (environ 5mm), mais elle est rapide et pratique.

Pour tester son utilisation dans le cadre de la recherche de gammes colorées issues de livres d’art, nous avons voulu extraire des gammes de quelques œuvres de F. Kupka (1871-1957), à partir du “Carnet d’Expo” publié par Gallimard et la RMN en 2018 à propos de l’exposition actuelle au Grand-Palais.

La gamme jaune – 1907

Le premier tableau de l’ouvrage se prête particulièrement à l’exercice de la recherche d’un assemblage de couleurs, il s’agit d’un travail quasi monochromatique, La Gamme Jaune, produit en 1907 et exposé en 1910.

Selon les spécialistes, il s’agit d’une référence directe au travail descriptif et systématique d’Eugène Chevreul (1864).

La mesure par le ColorReader, en prenant soin de placer l’objet sur des zones à peu près homogènes, donne la gamme simplifiée suivante :

#7a5734
#d58e35
#d9ac2d
#b9a52e
#c4b45d
#b6a680
#937246
#d9a038

Naturellement, l’ordre et surtout la proportion des couleurs ne sont pas forcément ceux du tableau (qui peut être “lu”, de toutes façons, différemment par chacun), mais on retrouve ici les couleurs de l’artiste dans une traduction trichromatique pour écran.

L’analyse du tableau avec l’outil de synthèse colorée permet de mieux visualiser les proportions et les relations entre les différentes couleurs :

Plans par couleurs (Femme dans les triangles) – 1910-1911

Le tableau suivant reprend certaines des tonalités jaunes du précédent et joue là encore explicitement sur les tons pour les assembler dans une sorte de clair-obscur modulant les transparences.

La lecture par le ColorReader nous donne une série de mesures assez fines :

#345242
#3a3732
#2c3b45
#484433
#72583c
#86743e
#948c7b
#939c6d
#b96f3c
#d6833a
#d5ac5e
#d3ae75

L’étude avec l’outil de synthèse colorée révèle ce que l’on pressent dans la gamme ci-dessus, un jeu sur la saturation dans les jaunes complété par quelques focalisations en bleu-vert et mauve sombre.

 

Grand nu, plan par couleurs – 1909-1910

Cette œuvre est très colorée, la couleur faisant office de perspective par plans en offrant du relief par le jeu des ombres entre teintes claires et teintes foncées. Chaque teinte marquée semble en effet présente selon plusieurs modalités de luminosité.

#7996b6
#555881
#c8bcb8
#b58b82
#7f5e80
#b9ad7e
#728074
#b7b9c4
#b9ad7e
#b78360

Le ColorReader nous indique les références des teintes, l’outil d’analyse étudie leurs proportions et relations et montre bien les écartes de saturation par teinte :

Dans l’analyse par luminosité, on remarque même des effets de “crochet” dans les bleus et les verts, des dégradés de luminosité jouant sur une faible variation de teinte, peut-être dus à la superposition de touches transparentes et à l’effet de la texture de la toile :

 

Le Miroir Ovale – 1909-1910

Dans cette dernière toile Kupka nous offre de nouveau un jeu sur la teinte et la luminosité, avec le reflet d’un personnage dans des tons de vert dont les ombres sont rouges violacées, accompagné de taches lumineuses marron-orange clair.

Le ColorReader nous propose la gamme suivante :

#b59861
#9fb075
#7b965d
#2d6e6b
#146762
#86aea5
#48858a
#64749d
#4e415d
#626172
#623a4a

L’analyse des proportions et relations colorées indique que, plutôt qu’une juxtaposition de “plaques” colorées, l’artiste utilise en fait avec le jeu des touches une gamme quasi-continue de teintes de l’orangé au mauve-bleu en passant par tous les verts (seul le mauve-rosé semble avoir été l’objet d’un mélange de coloris séparés) :

 

Au final, le ColorReader, comme outil d’échantillonnage sur le terrain, pour reprendre le vocabulaire des naturalistes, est un très intéressant complément de la boîte à outils de l’amateur de couleurs. En utilisant sa capacité à traduire rapidement, puis stocker une couleur repérée par le ou la chercheur.e, ainsi que l’expérience de ce dernier ou cette dernière pour sélectionner visuellement les teintes à mesurer, on peut facilement se constituer des palettes ou en extraire depuis des représentations matérielles, physiques ou des objets “naturels”. Il faudra d’ailleurs tester, dans un prochain billet, cette possibilité sur des teintes véritablement naturelles cette fois.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.