Color problems – Emily Noyes Vanderpoel

© éditions The Circadian Press with Sacred Bones

Un manuel pratique pour l’utilisation des couleurs

Les éditions Circadian Press et Sacred Bones ont eu la bonne idée de proposer une réédition moderne de ce manuel pratique publié à l’origine en 1901. L’ouvrage, dans son édition originale est dans le domaine public et disponible également gratuitement via l’Internet Archive ou le site The Public Domain Review.

Emily Noyes Vanderpoel (1842-1939) est une artiste et écrivaine américaine, connue pour son travail en peinture et ses ouvrages historiques. En 1901, elle propose un ouvrage novateur par son approche et son contenu. En quoi ce manuel, vieux de plus d’un siècle est-il intéressant ? D’un point de vue théorique (en histoire de l’art) mais aussi pratique, par sa méthode et les très nombreuses palettes associatives, tirées du réel, qu’il propose.

Intérêt pour la théorie de la couleur

Dès le titre, l’objectif de l’ouvrage est annoncé : traiter de manière synthétique des problèmes que l’utilisation de la couleur peut poser, depuis leur perception jusqu’à leur combinaison. L’auteur s’intéresse donc à la théorie de la perception de la couleur, avec un contenu qui semble aujourd’hui étonnamment avancé : physiologie de la rétine, sensibilité variée aux longueurs d’onde, déficiences de perception (daltonisme / dyschromatopsie.

Expérience de classement des couleurs de fils de laine par un daltonien.

Ensuite, l’ouvrage s’intéresse aux approches théoriques de définition des couleurs, via les composantes : Teinte – Saturation – Luminosité, en suivant et en résumant notamment les idées de Goethe sur les interactions colorées, l’influence du contexte sur la perception d’une couleur et leur combinaisons, d’où le besoin de traiter des couleurs par palettes (en syntagme, comme diraient les sémioticiens).

Le cercle chromatique pour l’étude des oppositions et compléments colorés.

L’auteure s’intéresse au chapitre suivant aux contrastes colorés, selon les composantes décrites précédemment, mais en s’intéressant aussi aux compléments, ce qui rappelle le cercle coloré notamment promu par Goethe. Le contraste simultané qui sera cher à J. Itten est évoqué, mais l’auteure se base surtout sur les travaux d’E. Chevreul pour cette description. Elle en dégage des « règles » pratiques très simples et qui ont pour but de guider l’artiste débutant.e.

Illustration de différents types d’harmonie des couleurs.

On en arrive logiquement à un chapitre sur les harmonies, de contraste/complément comme au chapitre précédent mais aussi en mode monochromatique, par dégradés et, surtout, dans une forme complexe, plus proche de la réalité des œuvres picturales, sous la forme de palettes proportionnées. C’est dans ce dernier domaine que l’ouvrage développe son contenu le plus original et intéressant, en prenant des exemples du monde réel (généralement décoratifs : des tapis persans, des tissus, des vases, des meubles…) et en les organisant selon les règles d’harmonie développées précédemment, en les illustrant par des palettes tout à fait originales en ce qu’elles proposent des assemblages de couleurs sous la forme de mosaïques colorées compactes.

Les palettes colorées

En effet, parmi les 117 planches en couleurs de l’ouvrage on trouve une cinquantaine de palettes-mosaïques, tirées de sources matérielles comme des tissus, des tapis, des poteries et cloisonnés. C’est ici l’apport sensiblement original de l’auteure, qui propose une simplification / interprétation du réel dans sa composition colorée, un résumé des couleurs d’un objet matériel décoratif intéressant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.